Ateliers d’écritures – semaine écoféministe juillet 2020

Texte de Marine et Marie

Wachirafon

Wachirafon (Wachi) est une femme de 18 ans, vietnamienne, adoptée à l’âge de 5 ans avec sa sœur (de trois ans sa cadette) par une famille française. Elle a grandi dans la banlieue de Toulouse toute sa vie, près des champs où elle passe beaucoup de temps à glaner, observer les plantes.

Autiste Asperger (mais non diagnostiquée), elle est passionnée par l’herboristerie et collectionne les herbiers, qui s’accumulent dans sa chambre. Elle porte autour du cou un petit sachet en tissu contenant des herbes séchées, qu’elle respire quand elle se sent mal, pour se calmer. Sa plante préférée est la bourrache.

De caractère mutique, elle communique peu avec son entourage, même ses parents. Sa sœur est son exacte opposée, très extravertie. Wachi n’a qu’un seul ami duquel elle soit très proche. Elle se sent très différente des filles de son âge, ne s’intéresse pas au shopping – si bien qu’elle possède très peu de vêtements. Elle porte toujours le même bandeau de couleur unie.

Elle est dans le flou quant à son avenir professionnel ; elle aimerait aller en fac de bio, mais elle galère à l’école et n’est pas sûre d’avoir son bac. Elle a hâte de quitter le domicile familial.

Ses parents, stériles, pensaient faire une bonne action en les adoptant, elle et sa sœur. Cependant, iels n’ont jamais tenté de découvrir avec elles la culture vietnamienne, qu’iels ne connaissent pas. À l’inverse, iels ont toujours voulu les intégrer dans LEUR culture française, catholique. Wachi se questionne, tout se bouscule, pour le dire trivialement : elle est en crise existentielle. Elle se cherche, aimerait reconnecter avec ses origines. À 15 ans, elle est partie seule au Vietnam mais n’a pas forcément trouvé ce qu’elle y cherchait. Alors qu’en France, elle était considérée comme la vietnamienne, au Vietnam, elle est vue comme française : elle se trouve dans un entre-deux inconfortable.

Dernier trait caractéristique : outre son accent toulousain, elle utilise souvent l’expression « à fond de balles ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s